TQID#19 / « The Dog Days are Over » – Florence and the Machine

En 2009 arrive un ovni, Florence Léontine Mary Welch, avec sa voix puissante décomplexée et sa pop baroque. Tout le monde connaît « The Dog Days are Over », même les fans de Florent Pagny. Isa connaît bien ce titre et elle était de passage par Paris il y a quelques jours. C’était un vieux projet, d’enregistrer ça avec elle. On avait tenté un premier brouillon il y a trois ans. Cette fois-ci, c’était la bonne !

La légende raconte que Florence a été repérée par sa manageuse dans les toilettes d’un nightclub. Genre elle était bourrée et chantait en pissant, chantait ou braillait même, et Mairead Nash passait par-là. Elle a menti en prétendant avoir un groupe, et elle a fait style en chantant du Etta James. 100% bluff. Et bingo. Faites comme ça, les gens. Vous devriez tellement chanter plus souvent dans des toilettes publiques. Vous finirez peut-être par passer à la télé, cautionnés par la BBC. On n’est pas tous tombés amoureux de Florence dans cette vidéo ?

Avant de me lancer à fond dans mes désormais institutionnelles reprises du mois, je voulais enregistrer un album de reprises, d’un coup. Mais c’était trop gros, et je ne savais pas quelle ligne éditoriale adopter. En 2014, on avait tenté d’enregistrer ce morceau avec Isa, mais ça n’avait rien donné. A l’époque je pensais manquer de matériel, mais c’est la technique qui me faisait défaut surtout. Arrivé à la 19ème reprise, même s’il reste des axes d’évolution à travailler, j’ai gagné en confiance et suis devenu plus réaliste. Et je revendique l’imperfection de ces reprises en acceptant les défauts inévitables car je tente systématiquement des choses que je ne sais pas faire. Autrement dit : YOLO.

Il y a quelques jours, une camarade (coucou Amélie) m’a parlé de ses découvertes de synthés, parmi lesquels le Monotron de Korg, que je me suis procuré (seulement 35 euros la bestiole). Pour certains effets sonores, j’ai également utilisé le Monotron Delay. J’ai aussi testé le Monotron Duo mais n’y ai pas vu de pertinence donc finalement ça sera pour une prochaine fois.
Le Monotron (tout court) est un tout petit synthé avec un clavier analogique à ruban avec lequel on peut faire des glissendi (pluriel italien de « glissendo ») (j’ai fait du latin aussi, j’aime dire « des cacti »). Justement, il y a quelques semaines j’ai découvert le Seaboard Rise, une merveille de toucher tridimensionnel qui coûte un peu cher. On attendra les premiers modèles d’occasion sur Le Bon Coin !

Mais pourquoi je suis si content de faire des glissendi ? Parce que je peux enfin essayer d’imiter le son des Ondes Martenot ! Ça fait environ depuis que je bricole le son (j’ai démarré en 2005) que je veux retrouver cette sonorité. L’instrument coûte 15 000 euros, alors il faut trouver une alternative ! Avant de me procurer l’instrument virtuel développé par Sonic Couture, je veux trouver la meilleure solution physique.
J’ai essayé la guitare électrique avec une grosse saturation à la limite du larsen et avec un vibrato adapté et un e-bow, bof. J’ai essayé de remplacer la guitare par la voix, et les résultats ont été un peu plus probants, sauf qu’une voix humaine n’est pas continue, il faut reprendre son souffle, ce qui implique beaucoup de travail en post-prod pour rattacher toutes les notes. C’est laborieux. Le Monotron fait parfaitement le job !

Tous les fans de Radiohead se souviennent de leur concert diffusé sur Canal + en 2001, avec notamment la somptueuse performance d’utiliser trois ondéas (le nom de l’instrument qui utilise le principe inventé par Maurice Martenot en 1928) comme seul accompagnement de la guitare et de la voix de Thom. Déjà qu’en utiliser qu’un seul peut paraître prétentieux… Je pourrais vous raconter que l’ondéa est le synthétiseur le plus organique qui existe etc. Ecoutez :

Retrouvez « The Dog Days are Over » sur Bandcamp et Soundcloud.

E.C.

Publicités
TQID#19 / « The Dog Days are Over » – Florence and the Machine