TQID#35 / « Past Love » – Kimbra

« Ah oui, c’est pas la meuf qui chante ‘Somebody that I Used to Know’ en duo avec le mec et qui se font peindre de toutes les couleurs ? »
Tout comme Radiohead avec « Creep », Kimbra a évidemment bien plus de faits d’armes à son crédit. Avec le temps, elle s’est hissée aux côtés de Nosfell, Anna Calvi et Jeff Buckley dans mon panel personnel et restreint d’artistes de référence qui abattent leurs propres limites et montrent le chemin à suivre pour affirmer son propre univers. Il me fallait bien une chanteuse du calibre d’Apoline pour cette reprise. Franchement, à part elle, je ne vois pas à qui je pouvais demander (sachant que j’avais déjà invité les meilleures chanteuses d’Ile-de-France pour des précédentes reprises de 2018).

Gotye est belge (ce qui explique beaucoup de choses) mais a grandi en Australie. En 2011, il sort « Somebody that I Used to Know », en duo avec une petite néo-zélandaise de 21 ans, Kimbra. Gotye est devenu « somebody that we used to know », puisque c’est un one-hit singer qui a totalement disparu de la circulation depuis, et qui doit en plus de l’argent pour plagiat. Au chapitre des blagues, Gotye s’est aussi lancé dans la politique avec le Basics Rock’n’Roll Party en 2014. Inutile de vous dire qu’il n’a pas gagné les élections. Franchement, j’ai du mal à faire un portrait flatteur de Gotye. Il n’y a pas grand chose à gratter, j’espère qu’il a une vie personnelle épanouissante, parce que sa vie publique n’est pas vraiment flamboyante…

Kimbra, quant à elle,  n’était pas du tout le faire-valoir de ce duo, bien au contraire, puisqu’elle montre déjà une excellentissime maîtrise vocale à l’époque. Kimbra a démarré la guitare à 12 ans, n’a jamais pris de cours de chant, mais est brillante et a bon goût : Ella Fitzgerald, Frank Sinatra, Jeff Buckley, Björk… Elle travaille rythmes et harmonies pour explorer autant que possible l’ensemble des possibilités. Elle cite la française Camille dans ses inspirations qui lui ont fait découvrir la voix comme instrument à part entière, plus qu’un instrument à chanter. A 19 ans, elle n’a pas peur de reprendre du Jeff à sa manière. Quelle héroïne. Même les versions live de ses propres chansons sont des réinventions complètes. Prenons le cas de « Settle Down », un des morceaux qui l’a propulsée aux oreilles du monde (wah j’écris bien) : la version live (ci-dessous) est incroyable à s’en décrocher la mâchoire.

Bon, ça y est ? Vous êtes amoureux ? Vous n’avez pas fini d’en voir (entendre) de toutes les couleurs. J’ai été à mon premier concert de Kimbra le 26 novembre 2017, à la Maroquinerie. J’ai été totalement terrassé par sa présence scénique, sa générosité, son engagement technique également. Elle ne choisit aucune voie de facilité et se met en danger au point de commettre volontiers des erreurs : elle s’était reprise à 3 fois pour jouer son dernier morceau de concert, puisqu’elle avait un problème de synchronisation de ses loops. C’est un point commun qu’elle a avec Nosfell : ce sont des monstres techniques et physiques qui ne gèrent pas pour assurer le coup. Elle prend constamment des risques, à la recherche perpétuelle d’un état de grâce (sa quête EST cet état de grâce). Entre ses morceaux, elle sort de ses transes pour redevenir une petite fille de pas encore 30 ans. Pendant ses morceaux, elle est une reine. Je ne me suis toujours pas remis de ce concert… Elle avait commencé très très fort avec en intro un morceau intimiste dans sa version album (« Version of Me »), qui finit en feux d’artifice interstellaires. C’est à l’occasion de ce concert qu’elle jouait pour l’une des toutes premières fois « Past Love ». C’était le retour de la guitare en concert, elle qui est habituée à ses pads et claviers de l’espace. Ce morceau est devenu instantanément mon préféré.

L’album Primal Heart, sorti en avril 2018, est une pure tuerie. En ce qui concert « Past Love », la version album est plus tradi (oui, j’en parle comme du pain), un peu rétro même. Et je voulais retrouver le côté dramatique de la version live. Mais QUI pouvait reprendre un morceau de Kimbra ? Apoline, une des rares chanteuses qui possède à la fois la noblesse des intentions avec la classe de la réalisation.
En octobre dernier, à la JIMI, un camarade à elle, qui avait participé à la réalisation de son premier EP de démos, est venu au stand de The Queen Is Dead Records pour présenter une chanteuse qu’il décrivait comme talentueuse, « qui mérite vraiment un coup de main ». Oui oui, c’est ça, c’est ce qu’ils disent tous quand ils te filent un CD qu’ils veulent que tu écoutes. Quand Martin (Leyne) et moi-même avons écouté le CD le soir-même, on est tout de suite devenu très très fan. Je ne l’avais pas rencontrée physiquement, alors je lui ai envoyé un message via Facebook pour lui proposer de participer à une reprise du mois. Elle a accepté ma méthode de travail, a été très sérieuse dans sa préparation, n’a pas été impressionnée par Kimbra et a fait ce qui lui semblait le mieux avec sa patte personnelle et mes indications. La classe absolue.
Dans la lignée de son EP de démos, j’ai choisi un habillage et des arrangements sobres et classes, simples (tout est relatif) mais efficace, laissant de la place pour mettre en valeur la voix d’Apoline. J’espère qu’elle reviendra bientôt pour enregistrer d’autres choses !

Retrouvez « Past Love » sur Bandcamp et Soundcloud.

E.C.

Publicités
TQID#35 / « Past Love » – Kimbra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s